Bubelè, l'enfant à l'ombre (Editions L'Harmattan, 2007 - finaliste du Prix Rossel 2007)

Extraits

 

J'étais là, dans le tram, avec ma mère. Je l'avais pour moi tout seul. Elle me souriait pour ne pas laisser paraître sa détresse. J'avais trois ans, l'âge le plus « adorable», selon elle. Je ne savais pas où on allait. Elle avait pris pour moi un aller simple. Je sursautai au cri de « Terminus ! » Nous étions arrivés. C'était la campagne. On était en août 42. Un bel été. L'été de la traque, où l'on avait cherché pour moi une cache.

* * * * * * * * * *

Après un tournant, mon ombre n'était plus à côté de moi, je la vis derrière. Elle m'avait pris en traître. Je ne parvenais pas à la décoller de mes talons. Elle ne m'empêchait pas de lever le pied. Mais si légère, elle ne s'envolait pas. Je poussai un cri : ma mère était poursuivie par une même noirceur.

* * * * * * * * * *

Délaissé, j'ai regardé longtemps par la fenêtre. J'étais tenu de taire qui j'étais et d'où je venais. Enfant caché, je cachais quelqu'un en moi. Je ne pouvais pas me vivre moi-même, car je ne pouvais pas vivre tout court. Être moi était mortel.

Le jeune enfant racontera son amour pour ses sauveurs, auxquels il sera arraché. Et comment lui qui doit partir à trois ans en Pologne, à neuf ans en Palestine, à treize ans aux Etats-Unis, est toujours resté dans sa ville natale, Bruxelles.

Commander en ligne sur http://www.editions-harmattan.frou chez votre libraire, ou télécharger le bon de commande (pdf, 118ko)

 

*

 

 

 

***

Réédition

Bubelè l’enfant à l’ombre, Espace Nord

(Collection du patrimoine littéraire francophone belge), géré par les Impressions Nouvelles, 2013.

Postface de Rossano Rosi.

click pour agrandir

 

***

Edition en italien

Bubelè il bambino nell'ombra

Col. Il cipresso bianco (dirigée par Sergio Tanzarella), Ed. Il Pozzo di Giacobbe, 2018. Trad. Silvia Cerulli. Préface : Moni Ovadia

Presse

. Maria Cristina Coppini, "Bubelè il bambino nell'ombra", Mangialibri, 2018, 2 p.

. David Lifodi, "Bubelè il bambino nell'ombra", La Bottega del Barbieri (il Blog di Daniele Barbieri & altr*), 6 giugno 2018, 2 p.

. Luca Menichetti,"Bubelè il bambino nell'ombra", Lankenauta, 6 maggio 2018, 3 p.

. Sergio Tanzarella, directeur de la Collecrion Il cipresso bianco:"Bubelè il bambino nell'ombra", in Tuttostoria.net, 13/04/2018, 3 p

. Gabriele Ottaviani, "Bubelè il bambino nell'ombra", Convenzionali, 1 marzo 2018

. in Hoepli, Grande Libreria Online.

 

 

 

 

 

***

Edition en néerlandais

 

Bubele Schaduwkind

ASP Ed. Traduction de Stefaan van den Bremt, Préface de Daniel Acke, 2020.

 

Ik mocht niet bestaan. Als peuter was ik een gevaar voor mezelf én voor de anderen.”

In Bubele. Schaduwkind is het woord aan Dolfie, een joodse jongen die tijdens de Tweede Wereldoorlog onderduikt bij Vlamingen uit Brussel. Hij vertelt over zijn leven als schaduwkind. De kinderlijke impressies, de stijl en het woordgebruik geven een blik in het leven van een kind van gedeporteerde ouders, een kleine jongen die enkel bestaansrecht heeft als hij zich voordoet als een ander kind. Het verhaal van Dolfie werd eerder vanuit het Frans al vertaald naar het Italiaans. Nu verschijnt ook de Nederlandse vertaling van de hand van Stefaan van den Bremt, met een voorwoord van professor Daniel Acke.

 

                    https://mailchi.mp/bdf59a49845b/uitnodiging-online-conferentie-bubele-schaduwkind-a-nysenholc-277026

 

https://lef-oostende.be/diversiteit/internationale-dag-tegen-racisme/   georganiseerd door Pol De Grave

"De gevolgen van racisme tijdens de WO II" (webinar 22 maart 2021)

Daniel Acke

"De roman Bubele. Een schaduwkind van Adolphe Nysenholc

in de kontekst van de getuigenisliteratuur en van de autobiografieën van verborgen kinderen."

 

De roman van Adolphe Nysenholc over zijn kinderjaren als “verborgen kind” en de nasleep ervan na de tweede wereldoorlog situeert zich ongetwijfeld in de literatuur die als getuigenis fungeert over de gruwel van het nazisme. Om dit merkwaardig boek in een bredere kontekst te plaatsen zou ik eerst kort willen ingaan op de herinneringscultuur in het algemeen, die de laatste decennia zo belangijk is geworden.  [Een] ontroerende roman.

[…]

. Hij vult honderden bladzijden, maar is niet tevreden met het oorspronkelijk gekozen perspectief, nl. een retrospectief verhaal waarbij de volwassene commentaar geeft en interpreteert wat het kind heeft beleefd. Hij wou eerder het perspectief van het kind zelf weergeven en van diens ervaring, dit betreffende een periode van het leven waarbij we ons aan de limiet bevinden van de mogelijkheid tot herinnering, en dat is dan ook de originaliteit van zijn autobiografische roman geworden t.o.v. veel anderen teksten van verborgen kinderen. Deze opzet impliceert de tussenkomst van de fictie en van de verbeelding. Nysenholc citeert hierbij Danilo Kis: “De verbeelding neemt het roer over van de getuigenis om verslag uit te brengen over een werkelijkheid die onverdraaglijk is” en Nysenholc: “Les faits sont véridiques, mais les mots sont (ré)inventés” [1]. Dit verklaart veel kenmerken van het boek: de wijziging van de namen (die niet alleen te maken heeft met het respect voor het privéleven): de weldoeners krijgen nu de symbolische naam “Van Helden”. Nysenholc heeft een expressie gezocht die zo dicht mogelijk aanleunt bij de wereld van het kind en het onbewuste. Dit heeft hem tot de poëzie gebracht en dus tot een taal geladen met een veelheid aan betekenissen: neem bijvoorbeeld het woord “schaduw”, dat ook in de titel voorkomt “l’enfant à l’ombre”: de schaduw verwijst naar de dood, maar ook naar het beeld van degenenen die verdwenen zijn, naar de conditie van degene die opgesloten is, enz. De dimensie van de verbeelding vindt men ook terug in de veelvuldige literaire  en culturele referenties die de held zich eigen maakt: hij is achtereenvolgens Uylenspiegel, Columbus, een Bijbelse figuur… Ten slotte, is de structuur van het werk  ook bepaald door de keuze van het perspectief van  het kind: i.p.v. aan te vangen met de gelukkige vooroorlogsjaren zoals dikwijls het geval is bij autobiografieën van verdoken kinderen, begint de roman als het ware in medias res,  en confronteert de lezer onmiddellijk met de pijnlijke situatie eigen aan  het schaduwkind.

Ik wil eindigen met het onderscheid dat ik aanhaalde tussen de getuige en de overlevende. De roman van Adolph Nysenholc is, in de woorden van hemzelf, geschreven “als een dankbetuiging voor zijn redders” (“Pour rendre hommage à mes sauveurs”) en “om te getuigen van wat er gebeurd is” (“Pour témoigner de ce qui est arrivé”). Nysenholc is ongetwijfeld een getuige, maar hij is ook een overlevende. Dat de roman niets vertelt over het leven nadien, de geslaagde carrières, de veerkracht (“résilience”), zoals in veel andere autobiografieën van de verborgen kinderen is niet toevallig en is veelzeggend. Het verhaal eindigt als de jongen 13 jaar oud is en ten slotte alleen blijft. De boodschap hierbij is dat de wonden niet volledig geheeld zijn en het ook niet kunnen zijn. Adolphe Nysenholc maakt in de commentaar bij zijn boek een diepzinnige opmerking, die tot nadenken stemt : “Et… si la résilience mise en avant par un Boris Cyrulnik était une politesse pour ne pas déranger le monde… D’autant que cela convient à ceux qui peuvent en inférer que la Shoah n’était rien, tout finit par s’arranger” [2]. Hier spreekt niet meer de getuige maar de overlevende, en ook dit laatste perspectief is dus meegegeven in de roman. De geciteerde uitspraak suggereert ons ook dat de erkenning  van de slachtoffers geen evidentie is, dat we waakzaam moeten blijven en de herinnering aan het voorbije leed levendig moeten houden om de herhaling ervan in de toekomst  te vermijden. D.A.cke



[1] Ad. Nysenholc, L’Enfant terrible de la littérature (autobiographies littéraires d’enfants cachés), Didier Devillez Editeur, 2011, p. 168.

[2] Ibid., p.174.

 

***

Livre Audio :

Bubelè l'enfant à l'ombre

BNFA (Bibliothèque Numérique Francophone Accessible), France, 2016  > nouveautés > Documents > Biographies

**

Images

Presse

Présentations de Bubelè l'enfant à l'ombre par l'auteur :

  • Théâtre-Poème, à l'occasion de la parution du livre, entretien avec Micheline Weinstock et Liliane Schraûwen, animé par A. Willy Szafran, lectures par Monique Dorsel, 6 juin 2007, 19h00.
  • Provinciehuis, exposé d'Adolphe Nysenholc "Pouquoi écrire la Shoah ?", au Congrès Forum "Enfants de la Shoah", Anvers, 28 octobre 2007.
  • Radio Judaïca, interview de Gérard Grosjean, "Rencontres", le 29/10/07, 20h00-21h00.
  • Palais des Beaux-Arts, Jeudis Lire, "Enfance", retour aux sources avec Liliane Wouters et Adolphe Nysenholc, animé par Laurent Moosen, La Promotion des Lettres, en collaboration avec le Rideau de Bruxelles, Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles, 10 janvier 2008, 12h30-13h30.
  • Quartiers Latins, 17 janvier 2009, présentation du roman avec Françoise Nice.
  • Maison du Livre, 24, rue de Rome, 1060 Bruxelles, "Enfants du silence", Rencontre avec Myriam Fuks, Anna Stelkowicz et Adolphe Nysenholc, animation : Roland Baumann, 6 mars 2008, 20h00.
  • CIFAS, séance de dédicace, 1ère Foire du Livre OFF, 8 mars 2008, 15h30, 60 rue de l'Escaut, 1080 Bruxelles.
  • "Pouquoi écrire la Shoah ?" article d'Ad.N., in Centrale, n°307, mars 2008, 16-17.
  • Palais des Expositions, Premier Salon de, s Ecrivains Wizo, Heysel, 12 mai 2008, 14h00.
  • Maison des auteurs, chaussée de Wavre, Soirée littéraire, 18 juin 2008, 18h00.
  • Jewish Center, The Hidden Child of Long Island,Midway, Syosset, New York, 07 septembre 2008, 14-16h.
  • Théâtre des Martyrs, "Autour d'Anne Frank", Sylvie Lausberg rencontre Adolphe Nysenholc à propos de Bubelè l'enfant à l'ombre, 11 octobre 2008, 17h.
  • Abbaye de Forest, Participation d'Adolphe Nysenholc avec son roman Bubelè l'enfant à l'ombre au Carrefour des Ecrivains,dimanche, 26 octobre 2008, 14h.
  • Institut d'Etudes du Judaïsme, 27 mars 2009, dans le cycle Autobiographies d'enfants cachés, "enfants marranes et récits romancés", exposé d'Adolphe NysenholcULB, 12h-14h.
  • Du 6 février au 27 mars 2009, de 12h à 14h, coordination de La Chaire des identités juives, de l'Institut d'Etudes du Judaïsme, ULB, "Autobiographies d'enfants cachés", 17 av. F.D. Roosevelt, 1050 Bruxelles.
  • Université Hébaïque de Jérusalem, conférence par l'auteur : "Autobiographies d'enfants cachés", French Studies Section, 31 mars 2009, 17h, Jérusalem (pdf, 95ko)
  • Foyer culturel Juif, Conférence, "Autobiographies d'enfants cachés", à l'occasion de Yom Hashoah, Liège, 23 avril 2009 (pdf, 161ko)
  • Midway Jewish Center, "Bubelè, l’enfant à l’ombre, a novel ?", exposé en anglais d’Ad. N., invité par The Hidden Child of Long Island, à Syosset, 6 septembre 2009.
  • Collège Saint-Dominique, Rencontre avec Françoise Nice, journaliste à la RTBF, et trois classes de rhétorique, à propos de "Bubelè", 10 novembre 2009, 9h20-10h50.
  • Bibliothèque Montjoie-Uccle "Le Phare", "Ecrire : vrai ou faux ?", conférence d’Ad.N., dans le cycle Autobiographie : Mensonges blancs, mensonges noirs sous la direction de Beatrice Barbalato, UCL-APA Bel, avec une introduction de Rolland Westreich, chaussée de Waterloo, 935, 25 février 2010, 20h. En savoir plus (commentaire de Robert Paul).
  • Chapelle de Boendael, Séance de dédicace, 4e Carrefour des écrivains, B’nai Brith, Bruxelles-Ixelles, 28 novembre 2010, 14h.
  • Collège Saint-Dominique, interviewé par Romano Rossi, devant les classes de rhétorique, Schaerbeek, V 3 février 2012, 9-11h.

  • Palais des Académies, « Bubelè l’enfant à l’ombre, roman d’un romaniste ? « , colloque Romanistes- Romanciers, 1, rue Ducale, Bruxelles, 10 mars 2012.

  • Petite salle de la synagogue d’Europe, « Bubelè : poétique du récit », 23 avril 2012, Bruxelles, 15h.

  • Mémorial de la Shoah, Rencontre (avec Georges Arthur Goldschmidt, Ettel Hannah, Hélène Waysbord, animée par Myriam Ruszniewski-Dahan), Paris, 17 juin 2012, 15h45

  • Mémorial de la Shoah, Colloque : ‘ Qui sont les enfants cachés ? Penser avec les grands témoins’ , « Autobiographies d’enfants cachés », 1er Juillet 2012, 12h30

  • Foire du Livre, à l’occasion de la réédition dans Espace Nord, rencontre avec Christian Liebens, Forum, Bruxelles, 9 mars 2013, 13h

  • Maison du Livre, Enfants de la guerre, enfants de la shoah,  animé par David Courier, avec Marcel Frydman et Gérard Adam, 24 septembre 2013, 20h

  • Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, rencontre animée par Benoit Drunat,  Orléans, 08 octobre 2013

  • Cercle de La Rotonde, Rencontre animée par Marie-Clotilde Roose,  Tournai, 25 avril 2014, 18h

  • Atelier Marcel Hastir, soirée littéraire, animée par Horst Schröder, Bruxelles, 51 rue du Commerce, Bruxelles, 1er juin 2014, 19h

  • Salle Pie XI, Bovino (Pouilles, Italie), colloque sur l’adoption, Bubelè l’enfant à l’ombre et Mère de guerre, lecture du début en italien et communication sur la construction du roman et de la pièce, 23 juillet 2014, 10h-11h30.

  • European Jewish Library, Séance de dédicace, 7e Salon des écrivains, B’nai Brith, l’Institut Sépharade Européen et Librairie La Licorne, 16 novembre 2014, 14h-18h.

  • Sala cinematografico Pio XI, XIII Incontro internazionale de 'Osservaorio scientifico della memoria, Autobiografie e biografie su'adozione/Autobiographies et biographies sur l'adoption, Bovino (Italie), lecture des 10 premières pages traduites en italien, suivie d'un exposé sur le roman Bubelè et sur Mère de guerre, par l'auteur, 23 juillet 2014.

  • La Villa, Centre culturel de Ganhoren, "Témoigner pour sortir de l'ombre", interview par Christine Roy, et projection du film d'Anouk Fortunier, 26 mai 2015.

  • Sant'Anna Institute, Nascita delle idee, "Genèse du roman Bubelè", CSIS/UCL, Sorrento (Italie), 19 juin 2015.

  •  Bar Gyora, "Bubelè", Amitiés Israël-Belgique-Luxembourg, Tel-Aviv, 15 juillet 2015.

  • Maison du Livre, "Bubelè", Cercle de la Rotonde, Bruxelles-Saint-Gilles, 24 octobre 2015.

  • Palazzo Mattei, « Passé vraisemblable, présent masqué », XV symposium Mediapolis "Autobiografia, telescopia, temporalià, 22 juin, Roma, 2016.

  • Centre Culturel de Dinant, "Enfants cachés : leur silence, leur parole", Extension de l'ULB, en collaboration avec les Territoires de la mémoire, 29 septembre 2016.

  • Beit Hofmann, "Sauvé par un livre", Aloumim, Jérusalem 6 juin 2017, 16h30.

  • Art Gallery, Rencontres litéraires de Bruxelles, animées par Gérard Adam, 31octobre 2017, 19h.

  • Fédération Wallonie-Bruxelles, bd Léopold II, 44, Molenbeek, dialogue avec Véronique Marchal, 26 avril 2018, 12h30-14h, et exposition

  • La Villa, Cercle de lecture, Ganshoren, 17 novembre 2020, 19h30